Découverte d’une potentielle nouvelle cible thérapeutique pour la fibrose cutanée

La sclérodermie systémique (SSc) est une maladie auto-immune systémique caractérisée par un dérèglement du processus fibrotique qui impacte les barrières épithéliales dans l’intestin, les poumons et la peau. Sa pathogenèse reste mal comprise et les traitements sont limités. Les cellules lymphoïdes innées (ILC = innate lymphoid cells) qui patrouillent au sein des interfaces environnementales pour défendre l’organisme contre les infections et pour protéger l’intégrité des barrières pourraient être des effecteurs essentiels dans les maladies inflammatoires et fibrotiques.

Une nouvelle étude publiée par des membres de RESO Bordeaux montre pour la première fois que dans chez des patients sclérodermiques le nombre d’ILC de type 2 est diminué dans la circulation sanguine. Par contre leur nombre est augmenté dans la peau et l’augmentation est proportionnelle à l’étendue de la fibrose cutanée.

Au niveau mécanistique, les chercheurs ont pu montrer que le TGFβ diminue l’expression du marqueur KLRG1 à la surface des ILC2 générant une sous-population particulière de ces ILC2. Dans cette sous-population, les chercheurs ont pu mettre en évidence une diminution de la production de l’IL10, conférant une capacité pro-fibrotique aux fibroblastes.

Chez des patients sclérodermiques les ILC2 sont modifiées ce qui entraîne une diminution de la production de l’IL10 et une capacité pro-fibrotique des fibroblastes.

Afin de tester d’éventuels traitements, les chercheurs ont utilisé un modèle murin qui présente à la fois des caractéristiques de la sclérodermie et la même augmentation d’ILC2 dans la peau fibrotique. Ils ont pu montrer que ces souris présentent plus particulièrement une augmentation des cellules ILC2 KLRG1 négatif qui corrèle avec l’étendue de la fibrose. L’administration en parallèle d’IL10 est d’un bloqueur du TGFβ est capable de prévenir la fibrose cutanée chez ces souris.

Ces résultats révèlent que les ILC2 peuvent contribuer au processus fibrotique observé dans la sclérodermie humaine. L’administration d’une combinaison d’IL10 et d’un inhibiteur du TGFβ pourrait être une stratégie thérapeutique prometteuse.

Voir l’article « TGFβ promotes low IL10-producing ILC2 with profibrotic ability involved in skin fibrosis in systemic sclerosis » dans Annals of the Rheumatic Diseases.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *